Entretien avec le Dr Mary Shuttleworth, Présidente de l’association internationale des jeunes pour les droits de l’homme

Posted in: Evénements
Tags:

Photo2

Education Sans Frontière: L’association Des jeunes pour les droits de l’homme a organisé récemment à Genève le 7e Sommet international annuel des droits de l’homme. Quel bilan tirez-vous de cet événement ?

Dr Mary Shuttleworth: Le 7e Sommet international annuel des droits de l’homme a souligné le rôle précieux de la jeunesse dans l’effort visant à sensibiliser les gens aux violations des droits humains, tout en en mettant en place les bases d’une éducation aux droits de l’homme à travers le monde.

Le but de Jeunes pour les droits de l’homme international est d’enseigner aux jeunes les droits de l’homme et notamment la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies et de les encourager à devenir des défenseurs de la tolérance et de la paix.

Les présentations des jeunes, tant au cours des discussions individuelles que des débats de groupes et des tables rondes, ont donné beaucoup d’exemples de ce qu’ils avaient fait dans leurs pays respectifs pour promouvoir les droits de l’homme, des obstacles qu’ils avaient rencontrés et des succès remportés.

Les objectifs du sommet étaient conformes aux directives des Nations Unies en l’honneur de l’Année internationale de la jeunesse:

« Dans sa résolution proclamant l’Année, l’Assemblée générale appelle les gouvernements, la société civile, les individus et les communautés à travers le monde à appuyer diverses activités destinées à célébrer cette Année tant aux plans mondial que local. Sur le thème «Dialogue et compréhension mutuelle», l’Année vise à encourager le rapprochement des générations. Elle devra promouvoir des idéaux de paix, de respect des droits de l’homme et des libertés.»

Les travaux du sommet seront résumés dans un rapport final qui sera publié à large échelle pour partager ces précieuses contributions avec les personnes intéressées. Il proposera des possibilités d’action pour soutenir la mise en place de l’éducation aux droits de l’homme et contribuer à la discussion en cours au sein du Conseil des droits humains des Nations Unies.

Education Sans Frontière: Plus de 30 pays ont participé à cet évènement. Pensez-vous que ce sommet a répondu a répondu vos attentes? Si oui, lesquelles?

Dr Mary Shuttleworth: Le sommet a dépassé mes attentes. J’ai vu des jeunes du monde entier présenter le travail qu’ils avaient fait pour enseigner les droits de l’homme à leurs semblables dans leurs communautés locales. Ils ont raconté leurs expériences et ont aussi montré des photos de leur travail. Ils avaient fait des présentations à des groupes de jeunes, des orphelinats, dans des écoles et avaient même fait des peintures murales et organisé des matchs de football.

Un groupe de nos délégués du Sommet international des droits de l’homme 2009 a organisé une Marche internationale pour les droits de l’homme en l’honneur de la Journée des droits de l’homme, le 10 décembre 2009. Ils ont coordonné la plus grande partie de la logistique via l’internet. La marche a été un franc succès; plusieurs pays et plus de 9000 personnes à travers le monde y ont participé. Au sommet, ils ont montré des photos et ont raconté quelques anecdotes concernant la marche. Tout le public s’est levé et leur a fait une ovation! C’était un bel exemple de sensibilisation aux droits de l’homme et d’implication de la communauté!

C’était impressionnant de voir comment ces jeunes gens étaient devenus actifs et avaient pris l’initiative d’enseigner les droits humains de manière créative, à leurs familles, amis et communautés.

Education Sans Frontière: Quelles seraient d’après vous les actions urgentes à promouvoir?

Dr Mary Shuttleworth: Il est urgent que les jeunes sachent qu’ils ont des droits humains, quels sont ces droits et que le rôle important de responsabilité stipulé par l’article 29 de la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies est une partie essentielle des droits humains.

Les droits de l’homme sont comme la roue d’un vélo. La roue a 29 rayons. Ils représentent par ex. le droit à l’éducation, la liberté d’expression, le droit à une nationalité, la liberté de religion, le droit à la non-discrimination, etc. Il y a un pignon au milieu de la roue, qui tient les rayons ensemble. Sans pignon, le vélo tout entier ne marche pas. Ce pignon, c’est la responsabilité. Prenons l’exemple du droit à l’éducation. Si l’étudiant n’est pas attentif, ne fait pas ses devoirs, etc., l’éducation est alors perdue. Non pas parce que quelqu’un l’en a privé, mais parce que l’étudiant n’en a pas pris la responsabilité. Droits humains et responsabilité sont inséparables.

Donc, les actions urgentes sont de promouvoir l’éducation aux droits de l’homme avec les responsabilités qui en découlent. Personne ne peut changer le monde, mais chacun peut faire quelque chose pour aider à changer le monde. Être motivé. Être actif. Être créatif. Je pense que les médias peuvent faire beaucoup pour promouvoir cela

Education Sans Frontière: Ne pensez-vous pas que le meilleur moyen pour défendre les droits des jeunes passe par une meilleure sensibilisation dans les milieux scolaires?

Dr Mary Shuttleworth: Oui, nous devons accroître la conscience des droits humains dans l’éducation. En 1948, lorsque l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme, chaque pays membre a été invité à faire en sorte que le texte soit « diffusé, exposé, lu et expliqué, principalement dans les écoles et dans d’autres établissements d’éducation, sans distinction quant au statut politique des pays ou des territoires ». Dans les écoles, nous enseignons les éléments de base dont les étudiants auront besoin pour réussir dans la vie, p. ex. les maths, la science, l’histoire, etc. Or, les droits humains font partie de ces éléments fondamentaux. Leur enseignement implique tellement de sujets, p. ex. l’histoire, les sciences sociales, les affaires courantes, etc. Certains enseignants les utilisent même pour enseigner l’Anglais, à l’aide de courtes vidéos.

Le savoir ouvre la voie à des améliorations à long terme de la qualité de vie.

Education Sans Frontière: L’une des difficultés dans les pays en voie de développement est le manque de moyens et d’infrastructures. Et c’est dans ces pays que les droits de l’homme sont le plus bafoués. Avez-vous des programmes qui visent à soutenir les éducateurs dans les pays pauvres ?

Dr Mary Shuttleworth: Le manque de ressources et d’infrastructures est une barrière majeure au développement et au progrès, particulièrement en cet âge de l’information où les développements sont presque exponentiels. Heureusement, il y a beaucoup de communautés qui ont accès à des ordinateurs, à l’internet ou du moins à des radios et aux journaux. Cela aide à diffuser l’information et encourage la croissance et le développement. L’éducation est la clé pour améliorer la qualité de vie.

En ce moment, nous sommes très heureux de pouvoir offrir gratuitement une quantité limitée de packs d’information sur l’association Des jeunes pour les droits de l’homme, sur nos sites web – www.youthforhumanrights.org et www.humanrights.com. Ces packs comprennent nos vidéos et nos brochures, qui peuvent être utilisées pour enseigner les droits de l’homme. Nous sommes aussi très contents d’avoir encore une certaine quantité de packs d’éducation Des jeunes pour les droits de l’homme disponibles gratuitement sur nos sites. Ces packs incluent un manuel d’enseignant avec des programmes de leçons, nos vidéos, deux douzaines de brochures pour les étudiants et 30 posters, chacun d’eux évoquant l’un des droits humains. Ces packs seront envoyés par courrier gratuitement aux éducateurs partout dans le monde. Il s’agit d’une offre limitée; nous invitons donc les éducateurs à commander leur packs au plus tôt.

Education Sans Frontière: Quand aura lieu le prochain sommet ?

Dr Mary Shuttleworth: Nous avons organisé notre Sommet international des droits de l’homme chaque année depuis 2004. Notre prochain sommet aura lieu en 2011. Nous avons déjà des personnes qui s’intéressent au sommet de l’année prochaine et se préparent pour pouvoir y participer. J’espère que vous serez des nôtres!

1 Comments for : Entretien avec le Dr Mary Shuttleworth, Présidente de l’association internationale des jeunes pour les droits de l’homme
    • ETOUNDI OMGBA DISTEL CHARLES
    • novembre 26, 2014

    bonjour je suis a la recherche du boulot dans une ong internationale je suis enseignant de formation de nationalité camerounaise j’ai un bac +3 en électronique

Comments are closed.

Change this in Theme Options
Change this in Theme Options