Témoignages – Mai 2008

Posted in: Témoignages
Tags:

Erreur de parcours
Par Florence Vogler

florence_vogler Voila, je m’appelle Florence, je vais avoir 19 ans cet été et depuis le 6 décembre 2007 je suis en cure de désintoxication.

Je suis en cure pour deux raisons : l’héroïne et la cocaïne. Durant plus de deux ans je me suis injectée quotidiennement une quantité incalculable de ces deux substances. Autre problème : j’étais aussi dépendante des médicaments comme les Dormicum et le Valium. Et, cerise sur le gâteau, pour moi l’injection était un mode de consommation obligatoire. Tout ce que je prenais devait passer par ma seringue. Impossible pour moi de sniffer ou d’avaler quoi que ce soit, me shooter était devenu ma seule manière de penser.

Comme tous les êtres humains de cette planète, j’ai eu mes lots de joies et de problèmes durant mon enfance et mon adolescence. Ma mère a fait des erreurs, mais elle n’est pas non plus responsable de tout. J’ai moi aussi fait des erreurs et j’ai fait des choix qui n’ont pas toujours étés les bons.

A 9 ans, pour faire comme les grandes je me suis mise à fumer et à boire. Du coup, quand ceux de mon âge ont commencés la clope et l’alcool, moi je suis passée au canabis.
Vers la fin de ma quatorzième année, j’ai découvert les joies des boîtes de nuits grâce aux fausses cartes d’identité. Par la même occasion j’ai découvert une nouvelle manière de faire la fête : la coke, l’ecstasy, le speed, la MDMA, l’LSD.
Le problème c’est que le monde tel qu’il est ne m’a jamais plus, j’ai toujours eu besoins d’être déconnectée du monde : « dans ma bulle ». Du coup j’ai fait des paradis artificiel mon univers.

Je me disais « c’est pas si grave que je prenne de la drogue, après tout c’est juste pour faire la fête ». La vérité c’était tout le contraire : je faisais la fête pour prendre de la drogue. J’adorais mélanger le plus de drogues possibles, plus j’étais loin de la réalité et plus j’avais l’illusion d’être heureuse.

Et puis un beau jour je suis tombée amoureuse et je me suis crue dans un joli conte de fée. Sauf que mon prince charmant, lui, était accro à l’héroïne. Lorsque j’ai appris cette nouvelle qui n’avait rien des jolies histoires de princesses que je pensais vivre, j’ai voulu comprendre pourquoi « l’homme de ma vie » n’arrivait pas à se sortir la tête de cet enfer. Pour lui je me suis précipitée en enfer. J’ai commencé à me shooter de l’héroïne tout les jours dans le but de devenir accro moi aussi, pour pouvoir comprendre ce que vivait mon grand amour. Malheureusement le prince charmant n’existe pas et le jour ou il a vu les traces sur mes bras, le conte de fée s’est terminé sur une phrase plutôt déplaisante « écoute t’es qu’une gamine, arrête toi avant de te brûler complètement les ailes ». Sauf que pour m’arrêter c’était trop tard, j’allais trop vite pour le freinage d’urgence.

Un peu avant mes 18ans j’ai quitté l’école, c’était devenu juste insensé que je continue à me prétendre « collégienne ». Ma mère a mit beaucoup de temps avant de se rendre compte de mon problème, notre relation était déjà catastrophique avant, vous imaginez après ! Résultat, à 18 ans j’ai claqué derrière moi la porte de la maison pour partir vivre dans la rue. Je pensais éviter de la souffrance aux gens que j’aime, c’était une erreur. Dans la rue j’ai vu et vécu des choses vraiment dures, j’ai développé une manière de penser très différente. J’ai vécu de la manche, du vol, j’ai dormis sous des ponts, fait les poubelles et il m’est arrivé de vendre mon corps contre un shoot d’héro ou contre quelques grammes de coke. J’ai compris que se faire agresser n’avait rien de drôle et que les supers héros n’existent pas. Marche ou crève. Je voulais crever mais la mort ne m’a pas ouvert ses portes.

Il y a un peu plus de 5mois j’ai rencontré un nouveau prince charmant, lui aussi toxicomane, mais lui a eu sur moi un effet nettement plus bénéfique ! Il m’a redonné goût à la vie, il m’a donné envie de faire la paix avec moi-même. On s’est rencontré les deux au fond du gouffre et on s’est tout les deux donnés envie de remonter à la surface. On s’est aidé mutuellement et on s’est donné beaucoup de bonheur, on a été jusqu’à se fiancer. On a aussi fait notre part de bêtises, c’est surtout d’être tombé tout les deux en prison qui nous fait avoir le déclic pour changer de vie. C’est comme ça qu’on a les deux commencé une cure dans un centre, entourés de gens vraiment géniaux.

Mais cette fois encore le conte de fée est fini. Depuis bientôt deux semaines mon ex-fiancé est retourné dans cet univers de came, de seringues et de dépravation. Ce qui a changé cette fois c’est que j’ai décidé de vivre pour moi et non plus pour les autres. Alors je ne replongerais pas pour lui. Je ne retournerais pas sur le droit chemin en quelques jours ni même en quelques semaines, mais je suis abstinente depuis trois mois et je compte continuer sur cette voie. J’aimerais beaucoup pouvoir l’aider, et il n’y a pas si longtemps j’aurais replongé parce que je pensais que l’amour c’était suivre l’autre même à ses dépends. Mais c’est faux et désormais je ne me détruirais plus pour personne.

Je me suis égarée très loin du chemin que je veux retrouver. Ça va être long et difficile d’y revenir j’en suis consciente. Mais ça m’est égal. J’ai décidé de m’en sortir et je compte bien respecter cette décision. J’ai aussi la chance d’avoir des amis vraiment géniaux, qui seront toujours là pour moi quoi qu’il arrive et quoi que je fasse ils m’ont toujours soutenue et me soutiendront toujours et c’est ce qui m’aide le plus.

Chacun d’entre nous doit s’en rendre compte par lui-même, mais la vie est toujours belle, il suffit de savoir la regarder sous l’éclairage qui lui va le mieux. De toute façon s’il n’y a pas de solution c’est qu’il n’y a pas de problème.

1 Comments for : Témoignages – Mai 2008
    • Stef
    • août 10, 2008

    Le mieux c’est d’occuper son temps… alors parfois c’est dur… Courage et keep cool. Tu verras le soleil.

Comments are closed.

Change this in Theme Options
Change this in Theme Options