Chronique du Mois – Mars 2008

Posted in: Chronique
Tags:

Le féminisme, un courant révolu ?
Par Mathilde Captyn

mathilde_captyn Le 08 mars est marqué par la journée internationale la femme. Mais pourquoi donc thématiser une journée sur 51% de la population mondiale ? Le 20ème siècle a vu de nombreux mouvements féministes naître dans le but d’obtenir le droit de vote et d’éligibilité, le droit à l’avortement, de s’affranchir du rôle conservateur de la famille où la femme est attendue au fourneau. Et pour une part importante des revendications d’alors, il existe aujourd’hui dans de nombreux pays des droits équivalents. Pourrait-on ainsi dire que le féminisme et la célébration du 08 mars n’ont plus de raison d’être aujourd’hui ?

Le contexte aujourd’hui est délicat. Le terme « féministe » est utilisé bien souvent de manière péjorative, décrivant des femmes « anti-hommes », revendicatrices, agressives ou plaintives. Or ce terme a tout sa raison d’être car les inégalités perdurent. A titre d’exemple, la situation de la Suisse est parlante. En faisant la moyenne de toutes les branches d’activités professionnelles, chaque femme exerçant une activité lucrative en Suisse gagne 14’471 francs de moins par an qu’un homme, ce qui représente 21% de différence ! Quand on se penche sur le temps de travail exercé par les femmes, l’inégalité est toujours aussi frappante : presque une femme active sur deux travaille à temps partiel, alors que c’est le cas pour seulement 12% des hommes. Et quand on regarde l’activité des femmes ayant des enfants à charge, les temps partiels montent à près de 75%.

Alors que les luttes féministes du 20ème siècle ont amené le principe d’égalité dans la loi dans de nombreux pays, il reste encore bien à faire pour l’appliquer. Tant que l’on ne repensera pas la place des enfants, de la famille et des rôles de chacun dans notre société, rien ne changera. Le but n’est pas que tout le monde travaille à 100%, mais bien de favoriser le libre-choix : être mère ou père au foyer, travailler à temps partiel, ou à 100% de taux d’activité, sans pour autant être considéré dans certains cas comme des marginaux. Il faut donc s’activer pour faire évoluer les mœurs, car ce n’est que par ce biais que l’on verra se concrétiser l’égalité des chances. Et en ce sens, célébrer la journée internationale de la femme reste une nécessité. Alors – Femmes – à vos banderoles et vos communiqués !

4 Comments for : Chronique du Mois – Mars 2008
    • Gilliand Géraldine
    • mars 12, 2008

    Je pense également que le libre-choix n’est pas encore totalement aquis dans ce monde et que nous, femmes, devont rester solidaire!!!

    • Nadine Coppet
    • mars 12, 2008

    Je suis entièrement d’accord avec vous quant à l’utilisation péjorative du terme féminisme de nos jours car bien que le mouvement féministe à une part de revendication, on ne peut cependant pas la circonscrire dans une telle boite car nous ne devons pas oublier que le féminisme est un ensemble d’idées politiques, philosophiques et sociales cherchant à promouvoir les droits des femmes et leurs intérêts dans la société civile. Tout ceci vise en particulier l’amélioration du statut des femmes dans les sociétés où la tradition établit des inégalités fondées sur le sexe. Sans un brin de revendication, comment les choses pourraient-elles changer ?
    Nadine Coppet

    • Denis Buermann
    • mars 12, 2008

    Le changement réel du statut de la femme dans la société n’arrivera que lorsque la femme elle-même prendra conscience de sa valeur sans se réduire à sa dimension esthétique. Combien de femmes auraient le courage de prendre en main leur propre destin sans compter sur l’appui d’un homme ? Combien de femmes, après un divorce feront tout pour percevoir de l’homme une compensation financière même si leur propre situation financière n’est pas à plaindre. Je crois que la femme devra commencer à se prendre en main avant de l’exiger de la société. D. Buermann

    • Agnes Carolle
    • mars 13, 2008

    Juste pour exprimer ma satisfaction à la lecture de votre chronique. Je suis tout à fait d’accord avec vous du fait de relever toutes ces inégalités salariales et de souligner ces injustices frappantes car je ne comprends pas qu’à compétence égale, une femme gagne moins qu’un homme. Et dire que nous sommes au 21° siècle.

Comments are closed.

Change this in Theme Options
Change this in Theme Options