Evénements – Avril 2007

Posted in: Evénements
Tags:

« Nous n’avons pas tous la carrure d’un Abbé Pierre, ou d’une Mère Teresa, mais il y a toujours moyen de s’ouvrir aux autres selon nos moyens ».

Une Journée avec Francisca Müller

Francisca Müller

Ce mois-ci, nous sommes allés à la rencontre de Francisca Müller, membre du comité exécutif de l’Association Education Sans Frontière. Nous l’avons suivie dans ses activités de chaque jour pour en savoir un peu plus sur elle.

Qui est Francisca Müller ?

Je suis une madame tout le monde ! A la retraite depuis 2 ans, le fait de pouvoir participer au projet Education Sans Frontière me donne une ouverture sur le monde et sur les autres, dans l’amitié et la convivialité.

Depuis 2004, vous êtes trésorière générale d’Education Sans Frontière, que pensez-vous d’une organisation comme la votre ?

L’avantage d’une telle organisation, est sa taille humaine, qui permet le contact entre ses membres et la communauté que nous aidons… Nous avons le sentiment de recevoir autant que nous donnons. Je pense que le fait de créer des liens permet de mieux se connaître et d’accepter l’autre dans sa différence.

Pourquoi votre organisation a principalement axé son action sur l’éducation au lieu de toute autre?

Nous avons axé notre action sur l’éducation car nous pensons que l’éducation est le meilleur moyen de permettre le développement d’un pays.

Francisca Müller

A travers l’aide à la coopération et au développement, pensez-vous que l’on puisse considérer les organisations telles que la vôtre, comme étant des vecteurs de changements dans les pays pauvres?

Nous participons ainsi à l’ouverture et au partage et c’est effectivement un vecteur de changement, non seulement pour celui qui reçoit mais aussi pour celui qui donne !

On sait qu’avant d’intégrer l’équipe d’Education Sans Frontière, vous étiez engagée dans plusieurs organisations humanitaires. D’où vous vient cet engagement ?

Avant de rejoindre Education Sans Frontière, grâce à E.Sahakians, j’ai participé à des parrainages d’enfants ; je soutiens une petite structure pour les délaissés de notre société d’abondance ou ils peuvent trouver chaleur et réconfort, animée par Mr le Curé JM Viennat que j’admire beaucoup…
Nous n’avons pas tous la carrure d’un Abbé Pierre, ou d’une Mère Teresa, mais il y a toujours moyen de s’ouvrir aux autres selon nos moyens, et les petits ruisseaux font les grandes rivières !

Comment faire face à la pauvreté?

Pour faire face à la pauvreté, il faut partager….. tout, l’éducation entre autre. Il y a une partie des humains qui a trop par rapport à l’autre; si nous voulons que le monde change, il faut que chacun d’entre nous change….et c’est le plus dur.

Ou trouvez-vous l’énergie nécessaire pour aller de l’avant ?

Je ne suis pas toujours pleine d’énergie, le poids de la vie, la vision du monde ne sont pas toujours facile à vivre….mais je suis assez idéaliste, et j’aimerais que le monde devienne meilleur !

Francisca Müller

En visitant votre maison, on se rend compte que vous lisez beaucoup. Quelles sont vos préférences en matière de lecture ?

Je lis effectivement beaucoup, essentiellement des romans. Je relis des classiques, et j’aime beaucoup la littérature anglo-saxonne, autrefois, j’ai été aussi très intéressée par les livres sur la psychologie humaine, maintenant je fais mes propres analyses, c’est le privilège de l’âge !

On remarque aussi que vous êtes une femme joyeuse, dynamique, sportive et toujours prête pour de nouveaux défis. Quelle image aimeriez-vous qu’on garde de vous ?

C’est vous qui me voyez joyeuse, dynamique et sportive ! On gardera cette image ! Mais derrière il y a la part de l’ombre….

Un souhait ?

Que la paix et le partage règnent. C’est utopique, mais j’y crois…..

Francisca Müller

Change this in Theme Options
Change this in Theme Options