Chronique du Mois – Mars 2007

Posted in: Chronique
Tags:

Politique des femmes et égalité des chances entre femmes et hommes en Suisse depuis 1971. La situation dans le domaine universitaire suisse.
Par Barbara Balestra

Barbara Balestra Pour les femmes suisses, sur le plan juridique, beaucoup a été fait depuis les année septante: droit de vote et d’éligibilité des femmes, 1971; inscription de l’égalité des droits entre femmes et hommes dans la Constitution suisse, 1981; entrée en vigueur du nouveau droit matrimonial, 1988; nouveau droit pénal en matière sexuelle, 1992; loi sur l’aide aux victimes d’infractions, 1993; loi sur l’égalité entre femmes et hommes, 1996; nouveau droit du divorce, 2000; la poursuite d’office des actes de violence entre conjoints et partenaires et l’allocation pour perte de gain en cas de maternité, 2004; programme d’impulsion destiné à soutenir la création de places d’accueil extra familial pour enfants, 2003-2011.

En 1976 a été instituée la Commission fédérale pour les questions féminines. En ce temps-là, les femmes mariées avaient besoin de la permission de leur mari pour exercer une activité professionnelle. Il n’existait pas de statistiques sur la discrimination salariale et aucune protection à l’endroit des femmes victimes de violences domestiques. Trente ans plus tard, nombreux sont les acquis pour améliorer la situation des femmes dans tous les domaines de la société (travail, éducation, famille, politique), même si beaucoup reste encore à faire. Les femmes continuent à être discriminées, à assumer la majeure partie des tâches domestiques même lorsqu’elles exercent une activité lucrative, à toucher des salaires inférieurs à ceux des hommes et à être sous-représentées dans les positions dirigeantes et les procédures de décision.

Dans le domaine de l’éducation, grâce à la démocratisation des études et aux programmes d’encouragement de l’égalité des chances dans la formation professionnelle et l’accès aux études de degré tertiaire et dans la recherche, beaucoup de femmes réussissent à obtenir des buts formatifs et professionnels de qualité.

Depuis l’an 2000, le Parlement fédéral vote des crédits nécessaires pour promouvoir l’égalité des chances dans le domaine universitaire. Le Programme fédéral «Egalité des chances entre femmes et hommes dans les universités» offre trois modules coordonnés visant un objectif d’ensemble (système d’incitation à la nomination de « professeures », « mentoring », mise en place ou développement des structures d’accueil pour les enfants).
L’ensemble de ces mesures ont permis d’acquérir des résultat satisfaisants au niveau national: en 1998 le nombre de « professeures » était de 7%; en 2006 il a doublé à 14% . Le prochain Programme, pour la période 2008-2011, a pour objectif d’atteindre le 25% de femmes professeurs dans les universités.

L’Université de la Suisse Italienne (USI) est une réalité depuis 1996. Elle est la seule université de langue italienne dans le panorama universitaire suisse.

Depuis son institution en 2001, grâce au Programme fédéral et l’engagement de la direction de l’USI, le Service « gendre » a adopté des mesures pour promouvoir l’égalité des chances entre femmes et hommes, en particulier l’encouragement de la relève féminine (programmes de mentoring) et le soutien des femmes et des hommes universitaires qui ont des responsabilités familiales (aide au financement des places dans les crèches) afin de mieux concilier activité professionnelle et tâches familiales.

Les mesures d’encouragement de la relève féminine ont obtenu de bons résultats: les femmes doctorantes ont augmenté de manière considérable et le nombre de « professeures » assistantes, en pourcentage, est le plus élevé de la Suisse (données 2006). Des difficultés, par contre, sont à relever au niveau de la nomination de professeurs (1 professeure, 40 professeurs ).

Le 19 janvier 2007 le Service « gendre » USI a organisé une journée de réflexion qui avait pour but de comprendre quel est la logique de carrière masculine et féminine et pourquoi dans la construction d’une carrière académique les femmes trouvent encore plus d’obstacles que les hommes. Des solutions ont été proposées, par exemple: une répartition plus égalitaire des tâches domestiques et familiales; des opportunités de mobilité professionnelles pour les femmes; un changement des critères de sélection dans la procédure de choix des candidates à des postes de professeur-e-s.
L’égalité entre femmes et hommes est un droit fondamental et fait partie des principes essentiels en matière de droits humains à l’échelon mondial, mais pour réaliser une vraie égalité il faut une contribution active et convaincante de la part de tous: Etats, politique, économie, mass-media, instruction, ONG, société civile.

cf. Commission fédérale pour les questions féminines et Conférence universitaire suisse.
Pour la première fois la Suisse est dans la moyenne des pays de l’OCDE.
Données 2005-06.

Change this in Theme Options
Change this in Theme Options